samedi 22 octobre 2016

Disparition des abeilles : pouvons-nous les aider ?

Et si nous pouvions aider les abeilles ? On ne le croirait pas, mais les villes abritent plus de diversités d'insectes pollinisateurs que le milieu rural. Je me suis basée sur une étude réalisée par une équipe de chercheurs internationaux de Plymouth pour écrire cet article. De quoi se remonter un peu le moral !


 

Les articles consacrés à l'écologie sont souvent déprimants car ils nous présentent des faits dramatiques, parfois difficilement réversibles. Et bien sûr, on se retrouve complètement désarmé devant cette multitude de dégâts environnementaux. Pour une fois, je vous propose un peu d'espoir pour continuer à avancer.

On le sait tous maintenant, l'affaiblissement des populations d'insectes pollinisateurs, en particulier des abeilles, promet des problèmes à toute la faune et la flore, et à notre alimentation au passage.

Les abeilles en danger

Une équipe d'universitaires de Plymouth s'est penché sur ce problème dans leur récent rapport. Leur étude met en valeur le rôle des citadins dans le maintien des populations de pollinisateurs. Ces derniers comprennent les abeilles mais aussi les bourdons et les papillons.

Les chercheurs constatent que les moyens mis en œuvre pour les protéger vont surtout dans les programmes d'éducation et de sensibilisation plus que dans leur protection concrète.

Des scientifiques de l'équipe auteur du rapport remarquent que les jardins du Royaume Unis peuvent tout à fait contribuer maintenir et développer la biodiversité du pays. Une culture riche en plantes de nombreuses espèces apporte une solution idéale pour la nourriture des insectes. Ils notent aussi que l'écologie citadine a plutôt tendance a être négligée par certains défenseurs de l'environnement.

Abeilles des villes, abeilles des champs

Les insectes pollinisateurs peuvent se contenter de petits territoires pour vivre, à condition qu'ils y trouvent de la nourriture suffisante. Des recherches ont démontré qu'une bonne qualité de vie des insectes citadins redonne de la vigueur et de la diversité aux espèces vivant en milieu rural.

Notre action individuelle, multiplié par des millions, sur les jardins privatifs (pour ceux qui ont la chance d'en posséder) aura donc un impact très important sur les populations d'insectes pollinisateurs. Les municipalités peuvent aussi amplifier cet effet par une bonne gestion des parcs et jardins.

Quelques pistes pour aider les abeilles

Les auteurs du rapport insistent sur le fait que notre sécurité alimentaire doit nous pousser à protéger les abeilles des villes sur un plan mondial. Quelques astuces simples pour les jardiniers amateurs peuvent se révéler très précieuses pour leur survie :
  • planter une grande variétés de fleurs de taille différente ; 
  • laisser un peu de terre nue pour les pollinisateurs qui nichent dans le sol (bourdons) ; 
  • garder les «mauvaises herbes» durant une ou deux semaines avant de les tondre. 

Un peu d'espoir reste donc permis

Et vous, êtes-vous sensibles à la disparition des abeilles ? J'attends vos commentaires avec plaisir :)

Je vous retrouve samedi prochain et vous souhaite une excellente semaine.

Veronika

Source :
Science Daily (octobre 2016) https://www.sciencedaily.com/releases/2016/10/161003104133.htm

Un peu de lecture :

Un article du CNRS
https://www.lejournal.cnrs.fr/articles/pourquoi-les-abeilles-disparaissent

Un article du Monde (août 2016)
http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/08/16/pesticides-tueurs-d-abeilles-la-preuve-par-trois_4983620_1652692.html

Ma chaîne YouTube
https://www.youtube.com/channel/UCr5_XJzY7hTdTR-qN5iyfuw